lundi 31 mars 2014

Entre Pokhara et Katmandou

En revenant à Katmandou pour reprendre notre avion (et accessoirement faire réparer notre ordinateur, youpiii), nous avons fait deux jolies haltes.

Bandipur

Le Lonely Planet présente Bandipur comme un petit village hors du temps, épargné par le tourisme. Autant le dire tout de suite, la dernière partie n’est plus vraie, mais le village est absolument charmant et nous y avons passé deux jours pour nous reposer de notre trek.



Oui, il y a plein de touristes qui prennent des photos
des petites habitantes...

Bandipur offre également des vues magnifiques sur les chaînes de montagne, nous nous sommes levés tôt un matin pour aller les admirer avant qu’elles ne soient cachées par les nuages.



Gorkha

Après le village de carte postale qu’était Bandipur, nous nous sommes rendus à Gorkha (en prenant trois bus différents alors que ce n’est pas très loin. On voit tout de suite quand on sort des routes touristiques balisées au Népal, mais c’était rigolo). Gorkha est la cité natale de la famille royale (déchue) du Népal et on y trouve aussi un Durbar Square. Sauf que celui-là est perché au sommet d’une colline qu’on attend en montant 1500 marches en pierre. Heureusement que nous étions censés nous reposer du trek.

Un joli bus avec nos sacs sur le toit

Les plans ont été faits avec Paint !

La vue y est splendide et nous étions contents de revoir des fenêtres ouvragées, un temple et des idoles hindouistes.





Le singe mange les offrandes et il en a la bouche toute rouge.

Contrairement à Bandipur, nous n’avons pas croisé de touristes hormis des touristes népalais et nous avons adoré manger dans les petites gargotes du coin où tout le monde s’intéressait à nous et voulait savoir si on mangeait aussi du dal baht en Suisse !

Neige et palmiers

vendredi 28 mars 2014

Journal de trek, 3e et dernière partie

Vous pouvez lire les deux premières parties hier et avant-hier.

Jour 7 : Camp de base de l’Annapurna - Bamboo

Longue journée aujourd’hui. Nous nous levons à 6h du matin (et -10 degrés dehors, 0 degrés dans notre chambre) pour aller admirer le lever du soleil… qui se lève derrière les nuages. Pas grave, la vue est tout de même splendide, nous sommes au milieu d’un cirque de montagnes qui culminent entre 6000 et presque 8000 m (et effectivement, nous sommes passés derrière le Fishtail).


A 8h, il ne fait pas beaucoup plus chaud.


Nous revenons à la lodge prendre notre petit déjeuner, la température de la salle commune atteint péniblement les 2 degrés, mais nous sommes bien couverts. A 8h, nous démarrons notre descente par le chemin par lequel nous sommes montés. Nous parcourons en 3h ce que nous avons mis 4h20 à grimper hier entre le camp de base de l’Annapurna et Deorali, bien que le chemin soit toujours bien verglacé. Du coup, nous courons (ou courotons pour moi), nous glissons ou nous dévalons sur les fesses. C’est rigolo mais je suis bien contente que la neige ait fondu plus bas.



Nous poussons jusqu’à Himalaya avant de s’arrêter pour manger, puis nous repartons direction Doban puis Bamboo où nous arrivons à 16h, bien crevés ! Nous aurons marché 7h aujourd’hui et fait 1900 m de dénivelé négatif. Mon genou gauche râle un peu. Demain devrait être plus facile et on devrait avoir un peu plus chaud, heureusement. Mais cette descente était une sacrée expérience et j’étais contente de pouvoir encourager les gens qui montaient en sachant que pour nous, c’était fait !

Attention aux catastrophes naturelles causées
par la consommation de saucisson !


Jour 8 Bamboo – Jinhu Danda

Après avoir eu froid les trois derniers jours, aujourd’hui, nous avons eu bien chaud ! Nous partons à 8h15 ce matin pour redescendre jusqu’à Chomrong. Le chemin est connu, nous l’avons fait en sens inverse et nous savons qu’une terrible montée nous attend après le joli pont suspendu, juste avant d’arriver au village. Mais c’est encore plus dur que dans nos souvenirs et nous nous effondrons sur une terrasse à 12h15, bien contents de nous arrêter un moment.

Le Fishtail

Une fleur de rodhodendron

Après la pause, nous repartons pour 1h30 de marche en descente vers Jinhu. C’est la cuite dans nos habits. Enfin arrivés, pas vraiment le temps de se reposer, nous filons aux sources d’eau chaude, l’attraction du coin, qui nous font rêver depuis plusieurs jours. Ca se mérite : 1h aller-retour pour y aller, mais c’est fantastique. Nous flottons dans des piscines naturelles remplies d’eau bien chaude en regardant la rivière couler juste à côté. C’est mieux que dans mes rêves les plus fous. Nous en profitons une bonne heure et demie avant de remonter manger. La fatigue des jours passés commence vraiment à se faire sentir. Mais nous y sommes presque !


Les rhododendrons sont en fleurs et c'est magnifique !


Jour 9 : Jinhu-Tolka

Aujourd’hui, nous faisons vraiment une journée cool. Et ça fait du bien. Départ à 8h20 de Jinhu, bien revigorés après les bains d’hier. Le chemin est joli et pas trop escarpé pour une fois. Nous traversons à nouveau un pont impressionnant qui tangue de tous les côtés. Nous sommes de retour à une altitude où de vrais villages sont installés, ça se voit : nous croisons des animaux, des écoliers, des champs.







Vers 12h15, nous nous arrêtons à Landruk pour manger sur une terrasse. Olivier teste les röstis népalais recouverts de fromage de yak. Nous faisons une vraie bonne pause, je fais même la sieste. Petite après-midi, nous marchons encore 1h30 pour arriver un peu en-dehors de Tolka dans une toute petite lodge isolée où nous sommes tout seuls. Notre guide nous propose de nous partager le poulet de la propriétaire de la lodge, il négocie son prix et le cuisine pour nous tous. Il nous offre aussi du roksi, l’alcool du coin, fait maison par la propriétaire de la lodge. Nous nous réjouissons d’avance de manger encore plus local que d’habitude.




Nous nous installons tous les quatre, guide, propriétaire, Olivier et moi, dans la cuisine pour avoir plus chaud. C’est très chouette de voir les Népalais cuisinier sur le feu pendant que nous goûtons le poulet et sirotons notre roksi. Puis vient le festin, c’est vraiment délicieux. Une chouette dernière soirée de trek.

Notre repas du soir

Jour 10 : Tolka-Pokhara

Dernier jour de trek ! Nous démarrons à la cool aujourd’hui. Levés aux chant des oiseaux à 7h30, nous nous préparons tranquillement, nous mangeons du riz sauté pour le petit déjeuner (enfin fini les nouilles déshydratées, youpi, je n’en pouvais plus) et nous partons seulement vers 9h. Nous faisons le tour de la montagne pour arriver à Pothana puis au camp australien, deux endroits d’où la vue est paraît-il superbe, mais les montagnes se cachent derrière les nuages. Tant pis, les villages sont très jolis et nous avons admiré les montagnes sous toutes les coutures ces 10 derniers jours.




Nous poussons encore jusqu’à Kande. 3h30 de marche aujourd’hui, c’est léger. Nous mangeons puis reprenons le bus jusqu’à Pokhara où nous faisons nos adieux à notre guide avant de retrouver notre chambre d’hôtel avec salle de bain intégrée et des habits tout propres, le bonheur ! Nous l’avons fait : Poon Hill et le camp de base des Annapurnas en 10 jours alors que notre guide nous en annonçait 14 (en vrai, c’est tout à fait faisable en 10 jours et la plupart des agences proposent entre 10 et 14 jours). Je suis sacrément fière de nous. Le soir, nous célébrons ça dignement en descendant deux bouteilles de bière et deux verres de vin et en mangeant le steak dont nous rêvions depuis plusieurs jours. Une soirée parfaite pour conclure ce trek !




jeudi 27 mars 2014

Journal de trek, 2e partie

Pour lire le début, retournez au poste d'hier.

Jour 4 : Tadapani – Chomrong

Aujourd’hui, départ à 8h, ce sera une journée facile : « seulement » 800 m de dénivelé en descente, puis pareil en montée, puis de nouveau pareil en descente. Mais le chemin est plaisant, il toujours grand beau, nous croisons des ânes puis un attroupement de vautours que nous photographions sous tous les angles, nous traversons d’impressionnants ponts suspendus et 5h après notre départ, nous arrivons déjà à Chomrong où nous attendent une bonne douche et un bon repas. Nous passons le reste de l’après-midi à flâner, à jouer aux cartes et à soigner nos courbatures, surtout qu’un bon gros orage éclate en fin d’après-midi. Demain sera dur !

Une vue du Fishtail avant de partir le matin



Il y a encore des plantations partout.





Jour 5 Chomrong – Hotel Himalaya

Aujourd’hui, notre but était de monter le plus haut possible, suivant la météo, nos jambes, etc. Ca commence bien, nous avions prévu de partir à 7h30, mais notre guide nous fait une spéciale et nous ne partons finalement qu’à 8h10. Du coup, nous ne faisons pas beaucoup de pauses, nous commençons par 200 m de descente pour attendre un joli pont suspendu, puis on grimpe, on grimpe, on grimpe (avec tout de même quelques petites descentes pour me faire râler) pour arriver à Doban, 600 m plus haut et 4h45 plus tard.

Toujours notre ami le Fishtail

Orchidées sur la terrasse du petit déjeuner


Vu qu’il pleut, nous nous arrêtons une heure pour manger et nous ne marcherons que jusqu’à Himalaya (nous espérions pouvoir peut-être atteindre Deorali, l’étape d’après), 2920 m d’altitude, pas d’électricité, pas de chauffage, mais un repas chaud et un lit (même s’il fait 5 degrés dans notre chambre) avant la montée finale de demain.

Le Fishtail qui commence à changer d'orientation sur la droite



Pendant notre dernière heure et demie de marche, nous avions sorti nos ponchos de pluie rose et rouge et nous nous sommes amusés à nous inventer des pouvoirs magiques car je trouvais que nous ressemblions à des magiciens avec nos capes et nos bâtons. Même après 5 jours de marche et sous la pluie, le moral est toujours là ! Et nous étions bien contents de nous être arrêtés à Himalaya, lorsqu’il s’est mis à neiger sans discontinuer à 16h30.


Jour 6 : Hotel Himalaya – Camp de base de l’Annapurna

On est arrivés tout en haut ! Journée riche en émotions : nous partons d’Himalaya à 7h15 avec l’objectif de grimper jusqu’au camp de base de l’Annapurna aujourd’hui. 1200 m de dénivelé, c’est possible, on le sait. Mais il faudra compter avec notre réaction à l’altitude et surtout la météo. Le trajet entre Himalaya et Deorali, puis le camp de base du Fishtail est verglacé, enneigé, glissant et nous mettons 5h au lieu des 4h espérées.




Enfin le camp de base du Fishtail !

Pas grave, nous sommes partis assez tôt, nous avalons une assiette de riz agrémentée de thon en boîte pour nous aider à grimper et ça va le faire ! Sauf qu’il se met à pleuvoir, puis neiger, pendant notre pause. Deux autres couples se sont arrêtés pour manger en même temps que nous (nous n’avons pas arrêté de nous croiser dans la montée aujourd’hui) et ils semblent résignés à ne pas pouvoir monter avec ce temps. Notre guide nous propose d’attendre jusqu’à 14h pour voir si ça s’améliore. Sinon, nous devrons monter demain matin à 5h. J’avais tellement espéré être en haut ce soir !
13h45 : il semble y avoir une accalmie, je n’ai pas très envie de remettre mes chaussures mouillées, mais Olivier me motive et à 13h50, nous sommes tous repartis. Nous ressemblons à une expédition avec notre guide à l’avant suivi de six marcheurs européens à la file indienne dans l’immensité blanche qui mène du camp de base du Fishtail au camp de base de l’Annapurna. La perspective d’être au sommet ce soir nous donne des ailes. En 1h20, nous sommes en haut et la neige ne recommence à tomber que pendant les 20 dernières minutes.

Le Fishtail de l'arrière !

La dernière ascension

L'arrivée tant attendue !

Dans notre lodge, la salle commune est pleine de monde (dont plusieurs groupes que nous avons déjà vus pendant l’ascension) et nous sommes tellement contents d’être arrivés à notre point culminant que j’en verserais presque ma larme. Ce soir, au diable le budget (plus nous montons, plus les prix augmentent eux aussi, étant donné que les provisions doivent être amenées à dos d’âne, puis d’homme, nos derniers repas ont donc été plutôt sobres), c’est la fête, on se partage un chocolat chaud à l’arrivée et deux dal baht pour les braves. Il ne reste plus qu’à redescendre maintenant…



Pour avoir la suite et la fin, rendez-vous demain à la même heure !